Quand France 3 Midi Pyrénées tente de démolir l’article du New-York Times qui parle d’Albi

Un journaliste albigeois, Sylvain Duchampt, travaillant pour France 3 Midi-Pyrénées, entend décrypter l’article du New-York Times consacré au déclin des petites et moyennes villes françaises. Il souhaite en montrer les « approximations » et les « oublis ».
Idée intéressante, car le travail du New-York Times est imparfait et sujet à discussion. Dommage, cependant, que cette contre-enquête ne soit qu’une manifestation du ressentiment de l’auteur. Il aurai été préférable, plutôt, de rédiger un article moins léger et plus documenté.

1° « Le taux de vacance commerciale à Albi en 2015 se situait entre 5 et 7,5% ».
Non, ce chiffre est biaisé. L’auteur ne semble pas s’être informé sur l’organisme qui a réalisé cette étude et sur sa méthodologie. Rappelons que c’est PROCOS, fédération des grandes enseignes, qui a calculé ce taux. Le périmètre choisi n’est pas le centre-ville mais l’hyper-centre ou plutôt quelques artères de l’hyper-centre, celles qui s’avèrent être les plus rentables pour l’implantation de leurs clients, les grandes enseignes. Dès lors, on doit envisager la vacance commerciale du centre-ville d’Albi autour de 15%. Rappelons que le seuil d’alerte fixé par PROCOS est de 10%. Albi est donc dans une situation structurellement critique d’un point de vue commercial.

2° « Les images de Dmitry Kostyukov et d’Adam Nossiter rappellent étrangement celles de la série télévisée d’horreur The « Walking Dead » ».
Non, pas vraiment. L’article de Nossiter, appuyé par les photos de Kostyukov, que l’on peut trouver discutables, constate un fait: certains secteurs du centre-ville sont quasi-déserts. En effet, prenons le Castelnau, la rue Émile Grand, la rue Augustin Malroux, les rues proches des quais, rue Croix Verte, rue Séré de Rivières pour s’en convaincre. Parler de rues vides n’est en rien un fantasme d’un journaliste qui a voulu « grossir le trait ».

01Albi-combo3-master675

Photos de Dmitry Kostyukov pour le New-York Times

3° A propos des photos de magasins vides (voir ci-dessus), Sylvain Duchampt explique que « « la chansonnette » est bien fermée mais la boutique de musique doit rouvrir, tous les samedis, dans les prochains jours. »
Au moment de la visite de Nossiter, fin janvier, ce magasin était bel et bien fermé et aucune mention d’une quelconque réouverture n’a été explicitée.
Plus loin, on peut lire que « pour le deuxième commerce, celui vendant des produits artisanaux à base de pastel, il y a un « hic ». Cette boutique n’a pas déposé le bilan. Elle ne cherche même pas à louer ses locaux car elle est toujours en activité. La photographie a été simplement prise avant l’horaire d’ouverture… »
Tout à fait, mais 10 mètres à gauche, l’épicerie, elle, est bien vide…
Même si je n’aurais personnellement pas choisi les clichés utilisés par le New-York Times, pourquoi se montrer tatillon sur des détails, alors que le centre-ville comporte près de 70 cellules commerciales vides, de nombreux logements vacants, des services qui ont disparu…? Le New-York Times ne grossit en rien le trait sur ce point et aurait pu montrer des images bien pires

4° Mettre en exergue l’exemple du marché de producteurs du samedi pour montrer qu’il y a foule autour du marché couvert, puis reconnaître plus loin que « durant la semaine, l’endroit est peu fréquenté » est malhonnête et donne raison au constat de vide décrit par Nossiter. Il est certain que le samedi matin est un des rares moment de convivialité, de densité et de diversité dans le centre-ville. Mais quid des autres jours?

5° « le Musée Toulouse-Lautrec accueille, ici même, plus de 200 000 visiteurs tous les ans. » Là encore, il s’agit d’une erreur dans les chiffres avancés. Ce musée ne semble avoir dépassé la barre des 200 000 visiteurs qu’une seule fois. Aujourd’hui, il tourne autour de 165 000 entrées. Les derniers chiffres sont disponibles ici:

Au fond, que reproche Sylvain Duchampt à l’article de Nossiter? Un manque de sérieux sur le contenu? Non, car l’auteur reconnaît que « l’article du New York Times touche juste ». En fait, il lui reproche un « parti-pris jusqu’au-boutiste ». On peut en effet discuter de l’angle pris par Nossiter, mais pas au point de mettre en doute la « crédibilité » de son travail sérieux.
En fait, Il semblerait que le journaliste de France 3 ait été agacé par le fait qu’Albi, SA ville, soit prise en exemple pour illustrer un phénomène qu’on pensait étranger à la ville rouge. En effet, et c’est pourquoi ce « décryptage » laisse transparaître un fort ressentiment contre l’enquête du New-York Times: pourquoi nous alors qu’il y a pire ailleurs? pourquoi ne montrer que des aspects négatifs alors qu’il y a plein de choses positives à dire? C’est ce sentiment d’incompréhension qui fera écrire au journaliste de France 3 cette regrettable phrase, qui sert de conclusion à son article: « si le journalisme ne se veut pas objectif, il se doit quand même de se montrer un minimum honnête »…
Pour un décryptage plus honnête et plus documenté autour de l’article du New-York-Times, il est conseillé de se référer au billet d’Olivier Razemon, publié récemment sur son blog.

Publicités

2 réflexions sur “Quand France 3 Midi Pyrénées tente de démolir l’article du New-York Times qui parle d’Albi

  1. Pingback: Albi ‘queu ‘vendres – Rapieta

  2. Tout citoyen qui visite la France (et sort des autoroutes, des Tétramarkets;…) peut faire ce triste constat. Mais chut. D’ailleurs quel candidat aux présidentielles parle de ça. Un journal des Youesses écrit sur le sujet, un journaliste Youesse amoureux de la France, suspect ! pendant ce temps tous les jours nous entendons, voyons de la pub avec des phrases en anglais. Les gens du marquetingue serait-ils des employés de Trump ? Ah ah, un peu d’ingliche pour relancer les centres villes ! c’est qu’il faut concurrencer les « Family Villages » et autres. Au mieux de l’Allo Win
    Ben couillon comme ont dit à Poitiers
    Eh con ! comme on dit à Toulouse
    Ben dame comme on dit à Nantes

    Vive la voiture !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s